Par Sébastien MURER, Portfolio Manager chez DAM


 

L’EUROPE ET LE JAPON EN POLE POSITION

Marchés financiers

Le mois d’avril a été particulièrement porteur pour l’Europe et le Japon avec des progressions respectives de 3.9% et de 4.7%. Les Etats-Unis ne bénéficient pas du même engouement avec une progression d’à peine 0.3%. L’appréciation de l’USD n’est évidemment pas étrangère à la bonne tenue des bourses européennes et japonaises. Plus particulièrement d’un point de vue sectoriel, le secteur énergétique (gaz et pétrole) et dans une moindre mesure le secteur du retail ont clairement tirés les indices Européens et Américains à la hausse. Après ce rebond les performances YTD (arrêtées au 30.04.2018 à la clôture) sont de l’ordre de -1.30% pour le Nikkei 225, et de respectivement -0.96% et -0.99% pour le SP500 et le Stoxx600.

Inflation et taux

Au début de l’année 2018, le rendement à 10 ans des obligations d’Etats Américaines était de 2.40%, à fin avril nous sommes à quasiment 3%. Du côté européen, en début d’année, le taux 10 ans Allemand était d’environ 0.5%, à fin avril ce dernier est proche de 0.56% après un pic légèrement sous les 0.8% au cours du mois de février. Ainsi l’écart de taux entre les deux zones n’a pas cessé de croître au cours des dernières semaines et se retrouve aujourd’hui à des niveaux historiques (écart de plus 2.4 points). Selon nous, il existe plusieurs raisons à ce phénomène, la première concerne les publications européennes (chiffres d’inflation et indicateurs de confiance économique notamment) qui s’avèrent particulièrement décevantes depuis le début de l’année et qui obligent donc la Banque Centrale Européenne à faire preuve de beaucoup de retenue dans son processus de normalisation monétaire entraînant de surcroit une pression à la baisse sur les taux européens. A l’inverse côté US, les bons chiffres du chômage ainsi que des signaux d’accélération des salaires maintiennent la FED sous pression, qui n’a d’autres choix que de poursuivre son processus de normalisation monétaire.

Devises

Sur le front des devises, l’EUR/USD fait aujourd’hui écho au différentiel de taux entre l’Europe et les Etats Unis, ceci s’est matérialisé par une forte appréciation du billet vert face à la monnaie unique. Après avoir connu un pic au-delà des 1.25, la paire a reculé au cours des dernières semaines pour clôturer à fin avril légèrement au-dessus des 1.21. Pour notre part, nous pensons que l’EUR/USD oscillera dans un range 1.20-1.25 jusqu’à la fin de l’année, toute sortie de ce range ne devrait être que temporaire, nous suggérons ainsi d’alléger nettement ses positions en USD si ce dernier devait casser le seuil des 1.20. En effet à plus long terme, horizon 12-24 mois nous estimons que la tendance EUR/USD est clairement haussière et ce notamment à cause du creusement du déficit US (hausse de 50 % du déficit US entre fin 2017 et fin 2020 dû à la réforme fiscal TRUMP)

Perspectives actions

Nous pensons que les indices européens et américains finiront l’année en territoire positif, nous nous attendons néanmoins à une performance limitée (maximum +5%). De plus nous prévoyons de nouveaux épisodes de volatilité, et nous ne serions pas étonnés de visiter à nouveau les plus bas que nous avons connu cette année au cours des prochains mois, cela constituera selon nous à coup sûr de bons points d’entrée.

LEXIQUE

* Transformation financière :

La transformation consiste à emprunter à une échéance courte et à placer les fonds ainsi obtenus dans des actifs de plus longs termes. Ainsi lorsque les taux remontent, l’écart entre les taux court et les taux long devient plus important permettant au prêteur (la banque) d’obtenir un rendement final plus important.

Source : Les Echos, DAM SA

Allocations d’actifs

Eurostoxx banque

Même si il est très difficile d’anticiper les prochaines hausses de taux en europe, nous avons tout de même la certitude que celles-ci arriveront dans un futur proche (dans les deux ans à venir). Dans cette optique les sociétés financières qui font de la transformation financière* seraient les premières bénéficiaires de cette mesure. De plus les niveaux de valorisation des banques sont bien moins élevés que le reste du marché. Pour toutes ces raisons, nous sommes positif sur l’Eurostoxx banque.

Market Neutral

Dans un contexte d’incertitude sur la direction que pourrait prendre le marché, nous restons positif sur les stratégies de type market neutral. Ces stratégies peuvent remplacer des fonds obligataires classique dans un environnement asymétrique pour les obligations classiques.

Profiter des pics de volatilité

Dans un contexte global de hausse de la volatilité, nous pensons que certains produits structurés ont toutes leur place dans des portefeuilles diversifiés. Ces derniers lors de pic de volatilité offrent des perspectives de rendement au-delà de 10%/an sur des maturités courtes (maximum 1 an).